La cour d’appel accorde une victoire capitale à TriMax face à Wickfire

La cour d’appel des États-Unis pour la cinquième circonscription a rendu un jugement déterminant selon lequel TriMax Media n’avait commis aucune violation de la loi à l’encontre de Wickfire, L.L.C., tout en reconnaissant la conclusion d’un jury indiquant que Wickfire avait délibérément interféré avec les activités de TriMax.

DALLAS, 08 mars 2021 (GLOBE NEWSWIRE) — Après sept ans de contentieux, TriMax a triomphé contre Wickfire.

Le 26 février 2021, une cour d’appel a rendu un jugement capital selon lequel Wickfire ne disposait d’aucune preuve appuyant ses revendications contre TriMax. La décision a été rendue devant la cour d’appel des États-Unis pour la cinquième circonscription, sous le numéro de dossier 17-3043040. La décision de la cour d’appel a annulé tous les dommages-intérêts précédemment accordés à Wickfire.

Le procès, initialement mené devant le district ouest du Texas, sous le numéro de dossier 14-CV-34, était axé sur Google AdWords Auctions, une plateforme d’enchères en ligne où des entreprises telles que TriMax et Wickfire rivalisent pour l’espace publicitaire. Wickfire a affirmé d’innombrables allégations à l’encontre de TriMax, mais en ce qui concerne chacune d’entre elles, Wickfire a finalement échoué :

  • Wickfire a prétendu que TriMax interférait délibérément avec les contrats de Wickfire, interférait délibérément avec les activités prospectives de Wickfire et commettait une conspiration civile. La cour d’appel, toutefois, a exprimé son désaccord total, concluant que « Wickfire n’a apporté aucune preuve de ces faits », et déclarant que chacune de ces allégations avait échoué « en droit ».
  • Wickfire a aussi prétendu que TriMax avait violé la loi sur les marques de commerce en vertu du Lanham Act. Le jury n’a toutefois accordé aucuns dommages-intérêts à Wickfire concernant cette allégation. En outre, la cour d’appel a conclu que Wickfire n’était pas la « partie gagnante » de cette allégation et, ce faisant, a rejeté la tentative abusive de Wickfire de réclamer une indemnisation des honoraires d’avocat en vertu de la loi sur les marques de commerce.
  • Enfin, Wickfire a déposé des plaintes contre TriMax pour atteinte à la réputation de l’entreprise, dénigrement commercial, diffamation, concurrence déloyale et détournement. Toutefois, Wickfire a rétracté chacune de ces allégations avant le procès et, par conséquent, ces allégations n’ont même pas atteint le niveau de l’appel.

TriMax a déposé son appel réussi à la suite d’un jugement rendu par un tribunal de première instance, voyant le tribunal attribuer 2,3 millions de dollars à Wickfire à tort. Wickfire n’ayant aucune preuve à l’appui de ses allégations, la cour d’appel a annulé le jugement, annulé l’octroi de dommages-intérêts et ordonné au tribunal de première instance de rendre un nouveau jugement. Sur la base de la décision de la cour d’appel, le nouveau jugement ne devrait rien octroyer à Wickfire.

Dans le même procès, le jury a précédemment conclu que Wickfire LLC et ses copropriétaires, Chet Hall et Jon Brown, avaient délibérément interféré avec les activités de TriMax Media. TriMax a soutenu que Wickfire avait délibérément interféré avec les contrats de TriMax en (1) payant des pots-de-vin à des représentants commerciaux en échange d’accords d’exclusivité ; (2) usurpant l’identité de TriMax en plaçant des publicités non autorisées qui plagiaient le texte publicitaire de TriMax et contenaient d’autres informations d’identification de TriMax ; (3) cliquant de manière répétée sur les publicités de TriMax afin d’augmenter artificiellement les coûts de TriMax (on appelle cela la « fraude au clic ») ; et (4) utilisant un programme logiciel automatisé pour manipuler le système d’enchères Google (« bid jamming », ou « brouillage d’offre »).

TriMax a présenté des preuves au jury selon lesquelles Wickfire avait été suspendue de plus de 200 comptes Google, violé les conditions commerciales et employé de faux agents utilisateurs et des proxys pour dissimuler son identité. Le jury a également vu la preuve que Google avait désigné Wickfire de « fraudeurs reconnus » et que Wickfire avait enregistré le nom de domaine « GoogleClickFraud.com ».

TriMax a également présenté des preuves concernant la destruction de preuves par Wickfire. TriMax a appris qu’au cours du litige, Wickfire avait effacé toutes les données de l’ordinateur portable de son directeur technologique Jon Brown, puis s’était abstenue de divulguer cette information à TriMax ou au tribunal. Une fois que TriMax a découvert cette suppression, Wickfire a affirmé que c’était nécessaire, parce que l’ordinateur portable avait été volé lors d’un cambriolage. Cependant, le rapport de police, que TriMax a obtenu de manière indépendante en voyant que Wickfire n’en fournissait pas de copie, a contredit l’histoire de Wickfire parce qu’il ne mentionnait rien au sujet d’un ordinateur portable prétendument volé.

Bien que le jury ait entendu de nombreuses preuves sur la conduite de Wickfire, comprenant l’interférence intentionnelle de Wickfire à l’encontre de TriMax (qui a bel et bien eu lieu selon le jury), certaines des preuves les plus accablantes ont été exclues. Par exemple, le jury n’a pas été autorisé à voir :

  • Le rapport de la police sur le cambriolage ;
  • Les documents d’inscription montrant que Wickfire était le propriétaire de « BitchesOfFacebook.com » et « PokeBitches.com » ;
  • Un e-mail d’un représentant commercial qui, après avoir refusé d’accepter les prétendus pots-de-vin, qualifiait Wickfire de « criminels » ;
  • Les captures d’écran des publicités de Wickfire usurpant l’identité de TriMax ;
  • Un e-mail d’un marchand résiliant TriMax après avoir pensé à tort que TriMax était la source des publicités usurpées ;
  • Un e-mail d’un marchand se plaignant que Wickfire avait violé les conditions de la marque de commerce et plagié les publicités de TriMax ;
  • Un long rapport technique qui, selon un expert informatique de renommée mondiale, prouve définitivement que Wickfire a commis une fraude au clic intensive à l’encontre de TriMax ;
  • Une vidéo en temps réel démontrant le bid jamming subi par TriMax ;
  • Un résumé de centaines de contrats commerciaux de TriMax ayant été entravés par le bid jamming ; et
  • Les e-mails d’autres concurrents de Wickfire se plaignant des tactiques d’offre de Wickfire.

Malgré les conclusions du jury à l’encontre de Wickfire, Chet Hall et Jon Brown concernant leur interférence intentionnelle avec les activités de TriMax, aucuns dommages-intérêts n’ont été exigés à Wickfire. Cependant, la décision de la cour d’appel n’a pas perturbé la conclusion du jury selon laquelle Wickfire, Hall et Brown avaient commis l’interférence intentionnelle en premier lieu.

Le jugement de la cour d’appel incluait un avis de 21 pages, déterminé à l’unanimité par trois juges de circonscription et rédigé par la juge en chef Priscilla Owen de la cour d’appel des États-Unis pour la cinquième circonscription. Les avocats de TriMax étaient Sidney K. Powell, du cabinet Sidney Powell PC, et Barry M. Golden, du cabinet Egan Nelson LLP.

  • Mme Powell, ancienne procureure adjointe des États-Unis, est l’auteure du livre révolutionnaire Licensed to Lie, un exposé sur le comportement contraire à l’éthique des avocats et sur la dissimulation inappropriée de preuves. Mme Powell est connue pour avoir très récemment représenté le général Michael Flynn, engagé des poursuites contre des tiers dans le domaine électoral et lancé un Super PAC consacré à une série d’objectifs, y compris la liberté d’expression, les droits constitutionnels et le droit à des élections libres et justes.
  • M. Golden est un avocat plaidant et le coprésident du Commercial Litigation Group d’Egan Nelson. Tout au long de ses 23 années de carrière couvrant quatre décennies, M. Golden a régulièrement géré des litiges à enjeux élevés, comprenant souvent des questions mettant en jeu la survie même de la société concernée.

Laura Woodruff, PDG de TriMax, a déclaré : « Après tant d’années de contentieux, TriMax a bénéficié d’une exonération complète. Nous sommes ravis, mais pas du tout surpris, de ce résultat. Nous espérons seulement que cette décision empêchera Wickfire de déposer davantage d’allégations dénuées de fondement contre un concurrent légitime. Toutefois, nous demeurons déçus que Google et les réseaux aient permis à Wickfire d’interférer intentionnellement avec notre entreprise en premier lieu. Néanmoins, sur la base de la conclusion du jury selon laquelle Wickfire avait interféré avec les activités de TriMax (une conclusion qui n’a pas été contredite), nous espérons à présent que les tactiques telles que les pots-de-vin, l’usurpation d’identité des concurrents, la fraude au clic et le bid jamming ne seront plus tolérées dans le secteur de la publicité en ligne. »

À propos de TriMax Media :

Fondée en 2003, TriMax Media est une agence de marketing numérique spécialisée dans le marketing des moteurs de recherche se basant sur la performance. TriMax a siégé au premier conseil de recherche publicitaire Google et a été l’une des premières sociétés à générer plus d’un million de leads pour ses clients utilisant Google AdWords. L’agence se concentre sur la création de campagnes de marketing de recherche hautement efficaces et sur le développement de relations fructueuses à long terme avec ses clients.

Contact de la société :
Pour toute question, veuillez contacter :
Barry M. Golden
Egan Nelson LLP
214.893.9034
barry.golden@egannelson.com

 

You May Also Like