La menace géopolitique pourrait être catastrophique pour le secteur des semiconducteurs ; plusieurs opérateurs européens ont exprimé de manière proactive leur soutien à Huawei

PÉKIN, 29 juin 2020 /PRNewswire/ — La tension géopolitique croissante entre la Chine et les États-Unis menace la sécurité de la chaîne mondiale d’approvisionnement. À l’heure où le COVID-19 sévit à travers le monde, le rôle des réseaux de télécommunications s’intensifie. 36Kr était invitée au webinaire organisé par Total Telecom le 18 juin. Ce webinaire a réuni les meilleurs experts mondiaux en télécommunications, parmi lesquels Adrian Scrase, directeur du Centre de compétence mobile 3GPP et directeur technologique d’ETSI, Luis Alveirinho, directeur technologique d’Altice Portugal, Sally Eaves, directrice technologique du Conseil technologique de Forbes, ainsi que Dimitris Mavrakis, directeur de recherche chez ABI. Le webinaire portait sur la manière de garantir la résilience et la stabilité de la chaîne d’approvisionnement du secteur mondial des télécommunications.

L’administration Trump a annoncé une nouvelle règlementation le 15 mai, interdisant à tous les fabricants de puces d’expédier des puces dotées de technologies ou de logiciels américains à Huawei, sans avoir obtenu une licence octroyée par le Département américain du commerce. Cette démarche pourrait couper les liens entre Huawei et ses fournisseurs de puces, qui fournissent les puces que la société utilise pour les stations de base cellulaires, les serveurs et les smartphones.

36Kr considère que cette nouvelle règlementation perturbera l’ensemble du secteur des semiconducteurs, et pourrait anéantir la chaîne mondiale d’approvisionnement. Ceci engendrerait des pertes économiques, voire un ralentissement des avancées technologiques.

« Les fournisseurs doivent mieux soutenir nos opérations commerciales », a déclaré Luis Alveirinho, directeur technologique d’Altice Portugal, au nom des opérateurs de télécommunications desservant les entreprises et les consommateurs. Alveirinho a ajouté : « Nous vivons désormais dans un village mondial, au sein duquel la chaîne d’approvisionnement est devenue davantage mondialisée et fragmentée. Il nous faut nous appuyer sur la normalisation technologique afin de réunir davantage de partenaires au sein de la chaîne mondiale d’approvisionnement. »

« De nombreux directeurs informatiques et technologiques ont exprimé leur influence dans la discussion », a déclaré Dimitris Mavrakis, directeur de recherche chez ABI. « Outre les facteurs technologiques et commerciaux, le problème auquel les opérateurs sont confrontés réside dans le fait qu’ils doivent considérer d’autres facteurs lors de la sélection de leurs fournisseurs. Ceci pourrait entraîner des retards dans le cadre des déploiements de la 5G. »

Profondément impliqué dans le développement des normes, Adrian Scrase considère que les restrictions politiques sur certains acteurs constituent le « risque le plus pressant », susceptible d’engendrer des « conséquences catastrophiques ». « Si nous sommes soumis à de telles restrictions, nous ne serons pas en mesure d’avoir recours aux meilleures technologies pour servir les intérêts des individus. »

D’après Sally Eaves, l’impact de la géopolitique sur le secteur des télécommunications sera préjudiciable à la fois aujourd’hui et à l’avenir. « L’intervention de la géopolitique dans le secteur des semiconducteurs n’affectera pas uniquement le déploiement de la 5G », a-t-elle affirmé, « pire encore, elle retardera la transformation numérique des industries, accentuera la fracture numérique, voire affectera la production d’équipements médicaux, tels que les respirateurs permettant de faire face à la pandémie. »

Le rapport de Strategy Analytics souligne : « L’intensification des sanctions commerciales contre Huawei et la Chine engendrera des conséquences désastreuses sur les secteurs mondiaux des télécommunications et des semiconducteurs, ainsi que sur l’économie américaine. C’est particulièrement vrai dans le cadre du ralentissement économique actuel mondial dû au COVID-19. »

D’après Teletime, Luiz Alberto Garcia, président du conseil d’administration d’Algar Telecom, a affirmé que l’interdiction de certains fournisseurs 5G au Brésil serait « une grave erreur ». Garcia a expliqué que le fait « d’exclure un fournisseur qui détient près de 50 % de part de marché et qui possède une présence mondiale ainsi qu’une expertise technologique exceptionnelle » de la concurrence pourrait augmenter le prix de la 5G, et nuire en fin de compte aux intérêts des utilisateurs. Il fait clairement référence à Huawei dans cette déclaration.

Tandis que les États-Unis ciblent Huawei pour des motifs géopolitiques, de nombreux opérateurs d’Allemagne, de France et d’autres pays européens ont exprimé de manière proactive leur soutien à Huawei. Ces opérateurs incluent le deuxième plus grand opérateur mobile au monde Vodafone Group Plc, ainsi que le fournisseur de services de télécommunications Telefónica Brasil.

« Le leadership du Royaume-Uni en matière de 5G sera perdu si les opérateurs mobiles sont contraints de consacrer du temps et de l’argent au remplacement des équipements existants », a confié Scott Petty, directeur technologique de Vodafone au Royaume-Uni, à Reuters dans le cadre d’une déclaration envoyée par courrier électronique.

Ceci suggère que les opérateurs de nombreux pays ont réalisé le rôle joué par Huawei dans le cadre du déploiement de la 5G en Europe, qui est attribuable à son expertise et à ses brevets en matière de 5G, ainsi qu’à la confiance mutuelle que la société a bâtie auprès des opérateurs européens au fil des décennies. 36Kr estime que la 5G pourra bénéficier à 40 millions de personnes en Allemagne d’ici la mi-juillet, grâce aux technologies innovantes de Huawei, à sa coordination de spectre, à ses tarifs raisonnables, et à ses nouveaux smartphones 5G.

You May Also Like