Selon une dernière étude, les milliards de dollars destinés aux projets d’énergie au charbon en Afrique et en Asie compromettent l’accès à l’énergie et la lutte contre le changement climatique.

Financement du charbon dans les pays à fort impact

Engagements financiers pour le charbon connecté au réseau dans les pays à fort impact (millions de dollars)

Les institutions publiques chinoises et les plus grandes banques du monde continuent de financer l’énergie au charbon dans les pays où les besoins en matière d’accès à l’électricité sont les plus importants ; 42 milliards de dollars ont été engagés pour des centrales au charbon reliées au réseau entre 2013 et 2019 dans 18 pays étudiés.

VIENNA, Austria, 16 sept. 2021 (GLOBE NEWSWIRE) — Une nouvelle étude publiée aujourd’hui par Sustainable Energy for All (SEforALL) et Climate Policy Initiative (CPI) met en évidence une tendance troublante dans la lutte contre le changement climatique et dans les efforts visant à fournir un accès universel à l’électricité. Malgré les défis environnementaux, économiques et autres attribués au charbon, des bailleurs de fonds continuent de financer des capacités des centrales au charbon en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

Le rapport Coal Power Finance in High-Impact Countries , qui fait partie de la Série de rapports « Energizing Finance » de SEforALL, analyse 18 pays avec les plus grands écarts d’accès à l’électricité (c’est-à-dire les pays à fort impact) pour identifier ceux qui reçoivent des financements pour l’électricité au charbon, les sources de cet investissement, ses principaux moteurs et les risques qui y sont liés.

Olivia Coldrey, Head of Energy Finance and Clean Cooking à SEforALL, a déclaré : « L’idée d’une élimination progressive du charbon n’est pas vraie partout, nous continuons de voir des investissements importants dans la production d’électricité au charbon dans les pays où les taux de pauvreté énergétique sont élevés. Ces pays ont besoin d’une énergie abordable, fiable et propre pour soutenir leur développement socio-économique et atténuer le changement climatique. Le financement de nouveaux projets charbon est en contradiction avec ces objectifs et freine la transition énergétique. »

De 2013 à 2019, 42 milliards de dollars ont été engagés dans des centrales électriques au charbon connectées au réseau dans les 18 pays étudiés. Parmi eux, le Bangladesh, l’Inde et le Pakistan ont reçu la majorité des engagements de financement pour de nouvelles centrales au charbon, tandis qu’en Afrique ; Madagascar, le Mozambique, le Malawi, le Niger et la Tanzanie accueillent un développement actif de centrales au charbon.

La finance internationale représentait la majorité des 42 milliards de dollars, les institutions financières chinoises représentant 40 % du total.

La Corée du Sud et le Japon ayant récemment annoncé qu’ils cesseraient de financer de nouvelles centrales au charbon à l’étranger, la Chine reste la dernière grande source de financement public international du charbon à ne pas s’être engagée à mettre fin au financement des centrales au charbon à l’étranger. Cela contraste avec la politique énergétique nationale de la Chine, qui donne la priorité à une transition vers les énergies renouvelables, un pic d’émissions avant 2030 et une économie zéro carbone net d’ici 2060.

La Chine n’est évidemment pas le seul coupable. Les institutions financières commerciales du monde entier continuent de soutenir indirectement le développement des centrales au charbon, bien qu’elles aient mis en œuvre des politiques visant à exclure le financement direct de nouveaux actifs de production au charbon. De 2016 à 2020, les 38 banques qui excluent le financement direct des centrales électriques au charbon ont néanmoins fourni plus de 52 milliards de dollars de financement aux entreprises engagées dans des projets au charbon (Rainforest Action Network 2021).

En plus d’entraver les efforts mondiaux pour réduire les émissions de carbone et atteindre zéro émission nette d’ici 2050, le financement de l’électricité au charbon comporte des risques socio-économiques substantiels pour les pays qui accueillent des projets, conduisant de plus en plus à des actifs bloqués. Ce document montre comment les contraintes d’infrastructure et une demande plus faible que prévu au Bangladesh et au Pakistan ont entraîné la sous-utilisation et, dans certains cas, l’arrêt des centrales électriques au charbon récemment mises en service.

Les 20 pays les moins électrifiés du monde en pourcentage de la population sans électricité se trouvent tous en Afrique subsaharienne. Si les pays d’Afrique subsaharienne continuent de développer de nouvelles capacités de production d’électricité au charbon, ils seront probablement confrontés à des défis et à des coûts similaires à ceux du Bangladesh et du Pakistan. Les longs délais de développement associés aux centrales au charbon et à leur infrastructure de soutien ralentiront davantage la réduction des écarts d’accès à l’électricité.

Ce document montre que la production d’énergie renouvelable distribuée constitue la voie la plus rapide et la plus efficace pour améliorer l’accès à l’électricité à court terme. Il recommande de passer d’une production centralisée d’électricité à partir de charbon à une production distribuée d’énergie renouvelable afin d’étendre rapidement l’accès à l’électricité dans les pays à fort impact, non seulement pour l’usage résidentiel des ménages, mais aussi à des niveaux d’accès qui soutiennent la croissance économique.

En prévision du Dialogue de haut niveau des Nations Unies sur l’énergie et de la COP26 de cette année, le document recommande une réévaluation du système actuel de comptabilisation du carbone fondé sur la géographie, qui attribue les émissions aux pays en fonction de leur origine physique. Au contraire, la mise en œuvre d’un régime de comptabilisation du carbone basé sur la finance obligerait les décideurs à tenir compte de l’impact des capitaux nationaux sur les émissions transfrontalières et pousserait les investisseurs privés à aligner leurs portefeuilles sur les ambitions zéro carbone net qu’ils soutiennent.

Le Rapport Coal Power Finance in High-Impact Countries est disponible ici (anglais).

Contact :

Pour plus de détails sur les rapports ou toute demande d’entretien, veuillez contacter : Sherry Kennedy, Sustainable Energy for All : Sherry.Kennedy@SEforALL.org / Media@SEforALL.org | +43 676 846 727 237

À propos de Sustainable Energy for All

Sustainable Energy for All(SEforALL) est une organisation internationale qui travaille en partenariat avec les Nations Unies et des dirigeants de gouvernements, du secteur privé, d’institutions financières, de la société civile et d’organismes philanthropes afin d’accélérer l’action en vue de la réalisation de l’Objectif de développement durable 7 (ODD 7) – garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable d’ici 2030 – conformément à l’Accord de Paris sur le climat. SEforALL œuvre pour assurer une transition énergétique propre qui ne laisse personne de côté et offre à chacun de nouvelles opportunités de réaliser son potentiel.

SEforALL est dirigée par Damilola Ogunbiyi, PDG et représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour l’énergie durable pour tous et coprésidente d’ONU-Énergie. Suivez-la sur Twitter @DamilolaSDG7. Pour plus d’informations, suivez @SEforALLorg.

A photo accompanying this announcement is available at https://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/9ee43368-d590-4e91-b8fa-f586eee0917c

You May Also Like