Deriv’s partnership conference for top African achievers was a success

Deriv Global Partnerships team
Management and Africa Global Partnerships team

Deriv international team during gala dinner

KIGALI, Rwanda, Dec. 28, 2022 (GLOBE NEWSWIRE) — From September 30 to October 2, 2022, Deriv hosted their top-performing affiliates in Africa at a conference filled with networking opportunities, knowledge-sharing sessions, and social engagements. Deriv team members came from all over the region to meet with the affiliates from their respective countries.

A total of 100 top affiliates from Nigeria, South Africa, Zambia, Tanzania, Botswana, Malawi, Zimbabwe, Swaziland, Namibia, Kenya, Ghana, Cameroon, and Uganda attended the 2-day conference that took place in Kigali, Rwanda. The affiliates participated in intimate roundtable discussions to exchange ideas and give feedback to improve Deriv’s partnership programmes. There were also learning sessions conducted by the affiliates themselves and the Deriv team.

African affiliates participate in Rwanda conference
African affiliates during learning sessions

Deriv affiliates participate in roundtable discussions exchanging ideas and giving feedback to Deriv’s team.

Godfrey Zvenyika, Head of the Deriv Rwanda office, said, “The management and Africa Global Partnerships team planned and executed this event to absolute perfection. This conference gave us insight into how our partners can network and feed off each other, resulting in them performing even better. It was a total pleasure watching the interactions and networking during this conference.”

The success of this inaugural conference has inspired plans for future events. Godfrey continued, “This is the first of many to come, and I believe the conferences can only get better. We are already looking forward to the next conference in February 2023 for the Francophone countries.”

Isabel Gambura, Country Manager, further added, “The conference gave us an amazing opportunity to connect face-to-face and share experiences with our affiliates, people we have been partnering with for years. In fact, one of our top partners shared a very touching story about how our partnership had allowed her to lead an independent life. It was truly great to see how our programmes impact our partners’ lives.”

The event ended with a gala dinner to celebrate the achievements of all the conference attendees throughout their Deriv partnership. Check out the highlights of the conference here.

About Deriv

For the last 22 years, Deriv has built an extensive global affiliate network through some of the most attractive partnership programmes in the industry. With a mission to make online trading accessible to anyone, anywhere, it offers various opportunities to earn commission via a diverse suite of trading apps for desktop and mobile. Its affiliates all around the world enjoy 24/7 support and exclusive resources. Deriv’s product offering includes seven intuitive trading platforms, over 200 tradable assets in markets such as forex, stocks, and cryptocurrencies, unique trade types, and more. Some trading conditions, assets, and platforms are unavailable to clients residing in the European Union.

PRESS CONTACT
Aleksandra Zuzic
aleksandra@deriv.com

Photos accompanying this announcement are available at:
https://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/562e1dfd-dfb4-47c1-8c80-1a8f70604e4d

https://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/1d2693e3-3028-46ff-9ca2-d62b8f417a21

A video accompanying this announcement is available at:https://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/d1ea63e6-110e-4fe0-8d4d-58b9d8af61c2

GlobeNewswire Distribution ID 8720931

Huawei dévoile les 10 grandes tendances des solutions Smart PV pour un avenir plus vert

SHENZHEN, Chine, 28 décembre 2022 /PRNewswire/ — Huawei a tenu la conférence sur les 10 grandes tendances en matière de solutions photovoltaïques Smart PV, axant le débat sur le thème de l’accélération du développement de l’énergie solaire en tant que source d’énergie majeure. Lors de la conférence, Chen Guoguang, président de Huawei Smart PV+ESS Business, a partagé les réflexions de Huawei sur les 10 tendances des solutions Smart PV du point de vue de la collaboration multi-réseaux, de la transformation numérique et de l’amélioration de la sécurité.

Alors que la proportion des énergies renouvelables ne cesse d’augmenter, l’industrie de l’énergie solaire photovoltaïque a connu une croissance fulgurante. Elle doit toutefois encore relever de nombreux défis, notamment : comment continuer à réduire le coût actualisé de l’énergie (LCOE), comment améliorer l’efficacité de l’exploitation et de la maintenance, comment maintenir la stabilité du réseau électrique au fur et à mesure que la part des énergies renouvelables augmente, et comment assurer la sécurité du système de bout en bout.

« En cette période de croissance rapide de l’industrie de l’énergie solaire photovoltaïque, ces défis offrent également des possibilités », a déclaré Chen Guoguang. Entreprise tournée vers l’avenir, Huawei tient à partager ses idées et ses réflexions avec ses partenaires, ainsi qu’avec les organisations et les personnes qui s’intéressent au développement écologique et durable.

Tendance no 1 : Générateur PV+ESS

Au fur et à mesure que les énergies renouvelables alimentent les réseaux électriques, divers problèmes techniques complexes surviennent en termes de stabilité du système, d’équilibre de puissance et de qualité de l’énergie.

Par conséquent, un nouveau mode de contrôle est nécessaire pour accroître la capacité de contrôle de la puissance active/réactive et la capacité de réponse, et pour atténuer activement les fluctuations de fréquence et de tension. Grâce à l’intégration des technologies PV et ESS, ainsi qu’à la technologie de formation de réseau, nous pouvons construire des « générateurs Smart PV+ESS », qui utilisent le contrôle de la source de tension au lieu du contrôle de la source de courant, offrent un fort soutien par inertie, une stabilisation de la tension transitoire et des capacités de transmission par défaut. Les solutions PV passeront ainsi de la stratégie « grid-following » à la stratégie « grid-forming », ce qui contribuera à accroître l’alimentation en énergie solaire photovoltaïque.

Le projet de la mer Rouge en Arabie saoudite a été un jalon dans la pratique de ces technologies. Huawei, l’un des principaux partenaires, a fourni un ensemble complet de solutions, dont un contrôleur Smart PV et un système de stockage d’énergie sur batteries au lithium (BESS). Ce projet utilise 400 MW (PV) et 1,3 GWh (ESS) pour soutenir le réseau électrique, qui remplace les génératrices traditionnelles au diesel et fournit une énergie propre et stable à un million de personnes, construisant la première ville au monde alimentée à 100 % en énergies renouvelables.

Tendance no 2 : Haute densité et fiabilité

La fiabilité et la puissance élevée de l’équipement dans les centrales photovoltaïques joueront un rôle essentiel. Prenons l’exemple des onduleurs PV : de nos jours, la tension CC des onduleurs passe de 1 100 V à 1 500 V. Avec l’application de nouveaux matériaux tels que le carbure de silicium (SiC) et le nitrure de gallium (GaN), ainsi que l’intégration complète du numérique, l’électronique de puissance et les technologies de gestion thermique, on estime que la densité de puissance des onduleurs augmentera d’environ 50 % au cours des cinq prochaines années, et que la fiabilité élevée pourra être maintenue.

La centrale photovoltaïque de 2,2 GW de Qinghai, en Chine, se trouve à 3 100 m au-dessus du niveau de la mer et dispose de 9 216 régulateurs Smart PV Huawei (onduleurs) fonctionnant de façon stable dans cet environnement hostile. Le nombre total d’heures de disponibilité des onduleurs Huawei dépasse les 20 millions d’heures et la disponibilité atteint 99,999 %.

Tendance no 3 : Solution MLPE (électronique de puissance au niveau du module)

Stimulée par les politiques de l’industrie et les progrès technologiques, la solution PV distribuée a connu un développement vigoureux au cours des dernières années. Nous sommes confrontés à différents défis, tels que la façon d’améliorer l’utilisation des ressources en toiture, d’assurer un rendement énergétique élevé et d’assurer la sécurité du système PV+ESS. Par conséquent, une gestion améliorée est essentielle.

Dans un système PV, l’électronique de puissance au niveau du module (MLPE) fait référence à l’équipement électronique de puissance qui peut effectuer une commande améliorée sur un ou plusieurs modules PV, notamment les micro-onduleurs, les optimisateurs de puissance et les sectionneurs. Le MLPE apporte des valeurs uniques telles que la production d’électricité au niveau du module, la surveillance et l’arrêt sûr. Les systèmes photovoltaïques étant de plus en plus sûrs et intelligents, le taux de pénétration de l’énergie photovoltaïque dans le marché de l’énergie photovoltaïque distribuée devrait atteindre 20 à 30 % d’ici 2027.

Tendance no 4 : Stockage d’énergie Smart String

Comparée aux solutions ESS centralisées traditionnelles, la solution Smart String ESS adopte une architecture distribuée et une conception modulaire. Elle utilise des technologies innovantes et une gestion intelligente numérique pour optimiser l’énergie au niveau du bloc batterie et contrôler l’énergie au niveau du rack. Il en résulte plus d’énergie de décharge, un investissement optimal, une facilité d’exploitation et de maintenance, ainsi que la sécurité et la fiabilité tout au long du cycle de vie de l’ESS.

En 2022, dans le cadre du projet ESS de 200 MW/200 MWh à Singapour mené à des fins de régulation de fréquence et de réserve tournante, le plus grand projet BESS en Asie du Sud-Est, le système Smart String ESS, met en œuvre une gestion améliorée de la charge et de la décharge afin d’obtenir sur une période plus longue une puissance de sortie constante et d’assurer les avantages de la régulation de fréquence. En outre, la fonction d’étalonnage automatique de l’état de charge (SOC) au niveau du bloc-batterie réduit les coûts de main-d’œuvre et améliore considérablement l’efficacité de l’exploitation et de la maintenance.

Tendance no 5 : Gestion améliorée au niveau des cellules

À l’instar des systèmes PV qui s’orientent vers le MLPE, les BESS au lithium devraient se développer vers un niveau de gestion inférieur. Seule une gestion améliorée au niveau des piles peut permettre de faire face plus efficacement aux problèmes d’efficacité et de sécurité. À l’heure actuelle, le système traditionnel de gestion de batterie (BMS) ne peut que résumer et analyser des données limitées, et il est presque impossible de détecter les défauts et de générer des avertissements dans les premiers stades. Par conséquent, le BMS doit être plus sensible, intelligent et même prédictif. Cela dépend de la collecte, du calcul et du traitement de gros volumes de données, ainsi que des technologies d’IA pour trouver le mode de fonctionnement optimal et faire des prévisions.

Tendance no 6 : Intégration PV+ESS+réseau

Du côté de la production d’électricité, nous voyons de plus en plus de pratiques de construction de bases d’énergie propre PV+ESS, qui fournissent de l’électricité aux centres de charge par des lignes de transmission d’électricité à ultra-haute tension. Du côté de la consommation d’énergie, les centrales électriques virtuelles sont de plus en plus populaires dans de nombreux pays. Ces centrales combinent des systèmes PV distribués massifs, des ESS et des charges contrôlables, et mettent en œuvre une programmation flexible pour les unités de production d’énergie et les unités de stockage afin d’obtenir un écrêtement des pointes, etc.

Par conséquent, la construction d’un système d’énergie stable qui intègre le PV+ESS+réseau pour soutenir l’alimentation en énergie photovoltaïque et le raccordement au réseau deviendra une mesure clé pour assurer la sécurité énergétique. Nous pouvons intégrer le numérique, l’électronique de puissance et les technologies de stockage de l’énergie pour atteindre une complémentation multi-énergie. Les centrales électriques virtuelles peuvent gérer, exploiter et échanger intelligemment la puissance des systèmes PV+ESS distribués grâce à de multiples technologies, dont la 5G, l’IA et les technologies du cloud, qui seront mises en pratique dans un plus grand nombre de pays.

Tendance no 7 : Sécurité améliorée

La sécurité est la pierre angulaire du développement de l’industrie PV et ESS. Pour ce faire, nous devons envisager systématiquement tous les scénarios et tous les liens, et intégrer pleinement l’électronique de puissance, l’électrochimie, la gestion thermique et les technologies numériques afin d’améliorer la sécurité du système. Dans une centrale PV, les défauts causés par le côté CC représentent plus de 70 % de tous les défauts. Par conséquent, l’onduleur doit prendre en charge la déconnexion de la chaîne intelligente et la détection automatique du connecteur. Dans un scénario PV distribué, la fonction AFCI (Arc Fault Circuit Breaker) deviendra une configuration standard, et la fonction d’arrêt rapide au niveau du module assurera la sécurité du personnel d’entretien et des pompiers. Dans le scénario ESS, de multiples technologies, comme l’électronique de puissance, le cloud et l’IA, doivent être utilisées pour mettre en œuvre une gestion améliorée de l’ESS depuis les cellules de batterie jusqu’à l’ensemble du système. Le mode de protection traditionnel basé sur la réponse passive et l’isolement physique est remplacé par la protection automatique active, mettant en œuvre une conception de sécurité multidimensionnelle du matériel au logiciel et de la structure à l’algorithme.

Tendance no 8 : Sécurité et fiabilité

En plus d’apporter des avantages, les systèmes photovoltaïques présentent également divers risques, y compris la sécurité de l’équipement et de l’information. Les risques pour la sécurité de l’équipement sont liés principalement à l’arrêt causé par des défauts. Les risques pour la sécurité de l’information désignent les attaques de réseau externes. Pour faire face à ces défis et à ces menaces, les entreprises et les organisations doivent établir un ensemble complet de mécanismes de gestion de la « sécurité » et de la « fiabilité », incluant la solidité, la disponibilité, la sécurité et la résilience des systèmes et des dispositifs. Nous devons également mettre en œuvre des mesures de protection de la sécurité personnelle et environnementale ainsi que de la confidentialité des données.

Tendance no 9 : Numérisation

Les centrales photovoltaïques classiques disposent d’une grande quantité d’équipement et manquent de moyens de collecte d’information et de production de rapports. La plupart des équipements ne peuvent « communiquer » les uns avec les autres, ce qui rend très difficile la mise en œuvre d’une gestion améliorée.

Avec l’introduction de technologies numériques de pointe comme la 5G, l’Internet des objets (IoT), le cloud computing, les technologies de détection et les mégadonnées, les usines photovoltaïques peuvent envoyer et recevoir de l’information en utilisant des « bits » (flux d’information) pour gérer les « watts » (flux d’énergie). Tout le lien entre la production, la transmission, le stockage, la distribution et la consommation est visible, gérable et contrôlable.

Tendance no 10 : Utilisations de l’IA

Alors que l’industrie de l’énergie se dirige vers une ère de données, l’amélioration des processus de collecte, d’utilisation et d’optimisation de la valeur des données est devenue l’une des principales préoccupations de toute l’industrie.

Les technologies d’IA peuvent être largement appliquées aux domaines des énergies renouvelables et jouer un rôle indispensable dans tout le cycle de vie de PV+ESS, notamment la fabrication, la construction, l’exploitation et la maintenance, l’optimisation et les opérations. La convergence de l’IA et des technologies comme le cloud computing et les mégadonnées s’intensifie, et la chaîne d’outils axée sur le traitement des données, la formation sur les modèles, le déploiement et l’exploitation, ainsi que la surveillance de la sécurité seront enrichies. Dans le domaine des énergies renouvelables, l’IA, comme l’électronique de puissance et les technologies numériques, entraînera une transformation profonde de l’industrie.

Finalement, Chen Guoguang a fait remarquer que les applications convergentes de la 5G, du cloud et de l’IA façonnent un monde où toute chose est sensible, connectée et intelligente. L’évolution est plus rapide qu’anticipé dans un premier temps. Huawei identifie les 10 premières tendances de l’industrie PV et décrit un monde vert et intelligent dans un avenir proche. Nous espérons que des personnes de tous les milieux se joindront à nous pour atteindre les objectifs de neutralité carbone et bâtir un avenir meilleur et plus vert.

Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1974374/image1.jpg
Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1974375/image_2.jpg
Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1974376/image_3.jpg
Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1974377/image_4.jpg
Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1974378/image_5.jpg
Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1974379/image_6.jpg
Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1974380/image_7.jpg
Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1974381/image_8.jpg
Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1974382/image_9.jpg

 

Huawei Datacom désigné leader dans le Magic Quadrant™ de Gartner® 2022 pour les infrastructures LAN filaires et sans fil d’entreprise

SHENZHEN, Chine, 28 décembre 2022 /PRNewswire/ — Huawei a annoncé qu’il a été nommé leader dans le Magic Quadrant™ de Gartner® 2022 pour les infrastructures LAN filaires et sans fil d’entreprise, le seul fournisseur non nord-américain positionné dans le Leaders Quadrant. Il s’agit pour Huawei d’une étape importante et l’entreprise estime que c’est un témoignage supplémentaire de la reconnaissance mondiale de la gamme complète d’offres de réseaux de Huawei. La vaste gamme de solutions de Huawei comprend la solution CloudCampus 3.0, les commutateurs de la série CloudEngine, les points d’accès Wi-Fi (AP) AirEngine et la plateforme de gestion de réseau automatique et intelligente iMaster NCE.

Huawei Datacom named a Leader in the 2022 Gartner® Magic Quadrant™ for Enterprise Wired and Wireless LAN Infrastructure

En tant qu’excellent fournisseur sur le marché mondial des infrastructures de réseau local filaire et sans fil pour les entreprises, Huawei dispose d’une multitude d’atouts, notamment un portefeuille de produits complet, une plateforme de gestion de réseau basée sur l’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique (ML), une prise en charge du sans-fil, ainsi qu’une « capacité d’exécution » et une « vision complète » à la pointe du secteur.

Huawei dispose d’un ensemble complet d’offres d’infrastructures LAN filaires et sans fil d’entreprise. Les produits et solutions proposés comprennent la solution de bout en bout CloudCampus pour les LAN, les WLAN, et les WAN, les commutateurs de la série CloudEngine riches en fonctionnalités, les points d’accès Wi-Fi AirEngine primés et la plateforme de gestion de réseau automatique et intelligente iMaster NCE éprouvée sur le terrain. À ce jour, ces produits et solutions ont été utilisés par des millions de clients dans le monde entier, dans tous les secteurs d’activité, ce qui leur a valu de nombreux éloges.

Huawei reste engagée sur le marché mondial des entreprises et innove constamment pour établir la référence en matière de réseaux d’entreprise en termes d’architecture de réseau simplifiée, de conception matérielle de premier ordre, de livraison de logiciels agiles et de modèles commerciaux souples.

Plus précisément, Huawei simplifie l’architecture du réseau de campus en passant de trois à deux couches grâce à sa solution composée d’un commutateur central et d’unités distantes (RU). En ce qui concerne l’innovation matérielle, Huawei a dévoilé des antennes intelligentes Wi-Fi 6 de troisième génération et une gamme de tout nouveaux commutateurs CloudEngine et AP AirEngine. Concernant l’innovation logicielle, Huawei se distingue avec la puissante plateforme de gestion de réseau automatique et intelligente iMaster NCE qui sous-tend le premier réseau de conduite autonome L3 du secteur pour les campus. En ce qui concerne les modèles commerciaux innovants, Huawei se différencie des autres fournisseurs en lançant un modèle de plateforme de gestion du cloud louable et vendable, ainsi que des options de déploiement flexibles, notamment sur site, dans le cloud public de Huawei et dans le cloud appartenant à un Managed Service Provider.

À ce jour, les offres de réseaux de campus de Huawei ont été largement utilisées par des clients dans plus de 170 pays et régions dans des secteurs tels que le service public, l’éducation, la santé, l’industrie manufacturière, la finance et l’énergie, les aidant à construire une base numérique solide pour leur parcours de transformation numérique.

Pour en savoir plus sur la solution CloudCampus de Huawei, veuillez consulter le site : https://e.huawei.com/en/solutions/business-needs/enterprise-network/campus-network

Clause de non-responsabilité de Gartner

Gartner n’approuve aucun fournisseur, produit ou service décrit dans ses publications de recherche et ne conseille pas aux utilisateurs de technologie de sélectionner uniquement les fournisseurs ayant les notes les plus élevées ou une autre désignation. Les publications de recherche de Gartner se composent des opinions de l’organisation de recherche de Gartner et ne doivent pas être interprétées comme des déclarations de fait. Gartner décline toute garantie, expresse ou implicite, concernant cette recherche, y compris toute garantie de qualité marchande ou d’adéquation à un usage particulier. Gartner et Magic Quadrant sont des marques déposées et des marques de service de Gartner, Inc. et/ou de ses sociétés affiliées aux États-Unis et dans le monde entier et sont utilisées ici avec autorisation. Tous droits réservés.

Photo : https://mma.prnewswire.com/media/1974567/image_986294_22338677.jpg

Central African Republic: Participatory Assessment Based on Age, Gender and Diversity (Year 2022)

The Central African Republic has been characterized for nearly a decade by the erection and persistence of insecurity. This is the basis, particularly in certain localities of the country, of forced population movements. As in previous years, the preparation of the UNHCR Operation Plan for the years 2022-2023, participatory assessment exercises are envisaged in order to understand the protection risks to which people of concern UNHCR in the Central African Republic are facing.

The AGD (Age, Gender and Diversity) assessment that took place in the 11 UNHCR offices is an exercise based on discussions with refugees, IDPs, returnees, returnees and people at risk of statelessness, the host population, according to age, gender and cultural diversity around issues of protection and their well-being. It is a community-based approach based on promoting equality and respect for the rights of people of concern to UNHCR and integrating the results into planning. In other words, the separate discussions with women, girls, boys and men made it possible to gather information, analyze the protection risks they face, their root causes, and also assess the existing capacities,

As planned, UNHCR, sister agencies of the United Nations system, government partners and national and international NGOs took part in this participatory consultation. This document summarizes the main results of the work carried out during this exercise in September 2022 under the coordination of UNHCR/Bangui. It results from the active participation of all the key actors concerned, including the authorities, state services, refugees, returnees, internally displaced persons, the host population.

Objectives of participatory evaluation

Main objective

The overall objective of this exercise is to collect information on protection issues for persons of concern to UNHCR (POC), taking into account the dimensions of age, gender and diversity, with a view to to know their concerns, identify protection problems and proposed solutions according to the community-based protection approach (CBP) in the planning of UNHCR activities and also contribute to the analysis of needs for the response plan humanitarian aid, in particular the HNO/HRP.

Specific objectives

Several specific objectives derive from this general objective, namely:

Collect information on protection risks/problems, causes and solutions proposed by communities

Identify community capacities and resources, including current and future resources that contribute to self-sufficiency and promote resilience

Analyze the information collected and highlight the thematic priorities according to the categories of populations and form the protection objectives (short, medium and long term)

Consider the concerns of PoCs in the 2023 planning process and also contribute to the analysis of needs for other planning

Source: UN High Commissioner for Refugees

H. E. Nguema Obiang Mangue warms hearts of hundreds of Mongomo’s children

Once again this year, the children of Mongomo are benefiting from the benevolence of H. E. Nguema Obiang Mangue, receiving free toys distributed by the President of the PDGE National Youth Federation at the Santiago Nguema Eneme stadium.

The initiative means that, regardless of the social status and economic resources of their parents, children can fulfil their dreams and enjoy toys at this special time of the year.

The distribution of these gifts is organised through the Sons of Obiang Association, with supervision by its honorary president, Nguema Obiang Mangue, given that not all provincial capitals have the same number of children, and fair distribution is a priority, so that no child is left without a toy.

Mongomo is the fourth stop on Nguema Obiang Mangue’s nationwide toy distribution tour, which has been a feature for more than two decades.

Source: Official Web Page of the Government

Central African Republic Crisis Response Plan 2023

IOM intends to provide multisectoral humanitarian assistance to conflict and disaster-affected populations in the Central African Republic (CAR) and support communities transitioning out of conflict to help generate early peace dividends and social cohesion while promoting durable solutions tailored to the local needs and priorities of internally displaced persons (IDPs), returnees and crisis-affected communities.

CONTEXT ANALYSIS

The Central African Republic (CAR) has been affected by a complex political and security crisis since 2013, leading to an acute humanitarian situation. Displacement and violence occurring in a fragile national context have had serious consequences on the protection of civilians, their living conditions and their physical and psycho-social well-being (CAR ranks 188 out of 191 countries on the UNDP 2022 Human Development Index). CAR is a Least-Developed Country (LDC) and one of the poorest countries in the world and continues to be impacted by its long history of conflict. Due to a combination of political, geographic, and social factors, CAR is also recognized as highly vulnerable to climate change impacts, ranked 181 out of 182 countries in the 2022 ND-GAIN Index. The Central African Republic is at risk from numerous natural hazards, dominated by floods, wildfires and droughts. Vulnerability to these hazards is exacerbated in the country by poverty and political insecurity. This has also heightened the country’s vulnerability and ability to recover. Heavy rainfall is expected to result in flooding, causing riverbank erosion and/or overflows, landslides and waterlogging of agricultural fields leading to crop failures.

The 2023 Humanitarian Needs Overview (HNO) identifies 3.4 million people in need (57% of the population), among whom 2 million are in acute need, with half being children under the age of 18. According to the latest report from the Population Movement Commission, 505,059 people are still displaced, of whom 30 per cent are in sites and 70 per cent are in host families, with acute humanitarian needs prevalent (Rapport CMP – October 2022). According to Mobility tracking evaluations of the Displacement Tracking Matrix (DTM) Round 16, 177,805 people were able to return home during 2022, but these returns remain fragile. Humanitarian needs remain pronounced across water, sanitation and hygiene (WASH), health, education, food, livelihood and shelter in return areas and it has been reported that 21 per cent of returnees choose to return despite these challenges.

Among the displaced population, approximately 21 per cent (99,344 individuals) moved for the first time in 2022, including 65,806 persons displaced between June and August 2022. These recent waves of displacement were generally caused by armed violence that has affected the North-western, as well as the Central and Eastern parts of the country.

Localized flooding, mostly in Bangui and the prefecture of Ombella Mpoko has also contributed to the recent displacement waves. In CAR, multiple significant flood events have occurred over the past years and while many go un/under-reported (the most reported flood events occur around the capital city of Bangui) they are still responsible for displacing around 43,500 (9% of the current estimated number of IDP in CAR) according to the DTM Mobility tracking Round 16 report (September 2022).

Additionally, the disruptive action of armed groups and resource management challenges during major transhumance movements (cross-border and internal) in CAR has led to agropastoral conflicts and violence. As of September 2022, four per cent of displacements were caused by violence related to agropastoral conflicts, particularly in the northern and western prefectures (DTM, Round 16, September 2022).

In this context marked by violence, the number of serious human rights violations and cases of gender-based violence (GBV) increased throughout 2022 (GVBIMS, September 2022). People use high-risk coping strategies to deal with the deterioration of their living conditions and well-being and struggle to access health care, food, potable water, shelter and education facilities (HNO 2022).

Source: International Organization for Migration

Clarification regarding misinformation on CCEG spread by some national media

Since June 2022, the Directorate of the Equatoguinean Cultural Centre in Malabo has restructured the departments, and has created several projects involving the participation of artists, artisans and talented young people, becoming a platform where various people, with a view to diversity, have the chance to grow and help others grow.

The new vision of the cultural centre is to cultivate within the institution all seven artistic disciplines, and thanks to the constant collaboration of the Mosat group led by the artist Nélida Kar, they now have music workshops in almost all areas.

Furthermore, under the guidance of the Minister for Culture, Tourism and Craft Promotion, Rufino Ndong Esono Nchama, an action plan has been drawn up for this new cultural extension season, taking into account internal collaboration between other artists and artisans when organising their exhibitions and talks. Externally, they hope to always count on the accredited diplomatic missions in our country, making available the CCEG’s spaces as a focal point where they can develop expressions of their culture on their independence days.

For this period they have conceived other common projects and activities, such as the African gastronomic fair, the book fair, and other projects that will see the light of day soon.

Today the Cultural Centre, in addition to offering classes in the indigenous languages of our country, also works with various artists and artisans to provide workshops such as Literary Culture, where writers and related groups such as OMAL, AZUL and other youth players have had the opportunity to connect with other young people, teaching them creative writing techniques and constant sharing through the exercise of reading and commenting on works from our literature.

During the first five months, dance workshops by various ethnic groups, theatre workshops with established groups such as Eticultura, graphic design workshops and public speaking workshops, among others, have been organised.

“Regarding the misinformation promoted by television programmes such as Matinales, and the digital newspaper Ahoraeg, we wish to clarify that, since 2017, the moment when the current Minister Ndong Esono Nchama took office, until today, all CCEG employees have been paid their salaries without delay, and furthermore, before the current minister, the staff did not receive their October 12th bonuses, nor those for the Christmas holidays. So I see no reason why TVGE has been able to broadcast such nonsense. These words are in response to comments made by the Afondo programme on 13th December.

Furthermore, activities of a cultural and artistic nature (music, theatre, literature, plastic expression, including painting and sculpture, photography and cinematography), provided that applicants do not charge for them, can be put on free of charge, in other words, they enjoy free space without paying anything.

Since its foundation in 2012, the CCEG has rented its spaces only and exclusively when the activities requested were not artistic, in other words, did not involve the seven aforementioned arts areas, and were activities such as first communions, christenings or private parties, conferences or screenings that have nothing to do with culture.

I would again like to add that the costs of these rentals are set at the Ministry for Culture, Tourism and Craft Promotion, which oversees the payment of all fees required under law, and that we comply with them efficiently. I thus see no reason why the digital media outlet Ahoraeg should have launched such insults as those spread to the population on 22nd December.

I don’t know if it is greed, malice or envy, but programmes like Matinales or media like Ahoraeg should stop creating darkness in communication and provide the population with truthful information, annoying or not for those affected; but to do that, it is necessary to investigate, compare sources and then bravely publish the true facts, and not fiction.

None of these media outlets approached the CCEG to interview those in charge if they had concerns or complaints about the functioning of the institution. We are aware that we must be transparent with respect to the population, and we must not manipulate their opinion through insults or give in to political interests through dishonest techniques that denigrate professional journalistic ethics and their duty to serve the public.

As author David Olusoga has already put it, techniques such as this are frivolous, flippant and unscrupulous indications of Matinales and Ahoraeg’s dishonest character. This is what happens when we have a press with a lack of journalism that lives not from the desire to report to the population, but from the whims of a few individuals with pretensions to political office. Misinformation is a global crisis which should not be promoted by our media; it is unbecoming”, said the CCEG director general.

Text and Photos: Jorge Abeso Ndong, Director General of the Equatoguinean Cultural Centre

Source: Official Web Page of the Government